Auteur Sujet: La haute fidélité, où en sommes-nous ?  (Lu 1529 fois)

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« le: mars 14, 2017, 17:01:21 pm »
Messieurs bonjour,

La hifi moderne, telle que je la lis, que je la vis aussi, est personnelle, chacun ayant sa recette.

Mais voilà, est-ce une bonne chose de personnalisée à ce point ?  N'y a t'il pas un danger de colorer la réalité ? 

À partir d'un enregistrement de qualité, réputé naturel, n'est-ce pas l'objectif de tous les audiophiles de s'en approcher ? 

Les angles sont multiples pour attaquer une réflexion.

Il m’apparaît intéressant de commencer par cette phrase de mon ami, en HiFi, la réalité ne fait pas vraiment peur, selon moi, elle déplaît !

La réalité déplaît-elle vraiment ? Si je crois que oui, vous, êtes-vous d'accord avec cette affirmation ?  Je suis curieux de vous entendre sur cela.

Il y a aussi le sujet hautement épidermique de la qualité des appareils/hp/enceintes et de leur réelle valeur de reproduction naturelle et complète comparée à nos propres connaissances du son des instruments de musique dans leur environnement et les prix, nécessairement semblent-il, sont conséquents.

Pour la première fois dans l'historie de la reproduction des sons, nous avons, nous les audiophiles, le contrôle technique sur notre destinée mais la musique a t'elle sa place comme référence ?  C'est une question. 

Ne sommes-nous pas les artisans de la hifi du futur ?



R



«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 4534
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #1 le: mars 14, 2017, 18:18:50 pm »
Bonjour

Et si nous comparions la réalité entendu au concert avec les mesures faites chez soi ?

Il y a quelques années j'avais réglé les enceintes linéaire au point d'écoute.
Je vais à l'opéra à Lyon, et je ne retrouve pas sur ma chaîne le même équilibre sonore.
Le médium aigu est beaucoup trop fort en niveau.
La courbe ISO a été la solution à l'époque.

Très récemment, je règle une enceinte purement en passif, sans la moindre correction numérique.
Je change de technologie de résistance sur le correcteur RLC avec une résistance graphite, et j'améliore sensiblement la qualité de l'aigu. Mais il reste une petite agressivité.
Retour aux corrections numérique, j'ajoute simplement la correction de la phase acoustique dans les aigus, en LR24 à 19000 Hz.
La dureté à disparue, je n'écoute plus une chaîne Hi-Fi mais de la musique.

En deux paragraphes j'évoque deux solutions d'un même phénomène.
Les deux améliorent la fidélité par rapport à ce qui est écouté.
Je pense que la 2eme solution est plus fidèle que la première, elle est objective et mesurable.
Mais je ne l'ai pas encore démontré, au moins pour moi...

Cordialement, Dominique

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #2 le: mars 14, 2017, 21:02:25 pm »
Dominique,

je n'ai aucun doute sur vos compétences techniques et honnêtement, si j'avais un tel problème, vous êtes tout en haut de ma liste des personnes ressources.

Ceci dit, le problème que je pose est philosophique et j'aimerais bien connaître votre position sur ces questions.

La réalité déplaît-elle l'audiophile, selon vous ?

Est-ce que je me trompe en pensant que, pour vous, peu importe le matériel, il suffit de prendre des mesures, mise en phase, courbe droite ou autre etc pour métamorphoser le dit matériel ?  Vous semblez en perpétuelle recherche de la réalité du concert, je vous comprend mais se pourrait-il que la qualité du matériel utilisé ne soit tout simplement pas en mesure de bien faire ce que vous lui demandez ?

Vous me donnez l'impression qu'en dehors de la technique, point de salut, je me trompe ?

Vous avez en main des Davis de haut niveau.  Quelle est votre opinion jusqu'à maintenant.  Valent-ils le coût ?  Vos impressions premières par rapport au B200, qui est pour nous une référence commune.  La dynamique, l'ouverture sur le son, cache t'il des sons, qu'en est-il des ambiances ?  Qu'avez vous ressenti en écoutant les Davis ? 

Dominique, ce que je tente de démontrer est que la reproduction de la musique comporte plusieurs aspects également importants.  La technique en est un, l'intuition un autre.  Les connaissances de la musique s'ajoute à cette courte liste de même que savoir ce que l'on veut comme écoute et combien d'autres.

R
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

Borak

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 545
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #3 le: mars 14, 2017, 22:40:45 pm »
Aïe aïe aïe

La haute-fidelité, c'est seulement reproduire la musique la plus fidèlement possible. C'est tout. Ca varie selon les personnes, tout le monde n'a pas le même niveau d'exigence, ni de technicité. Mais pas de quoi en faire un fromage.

Mais quand tu écris :
- la première fois dans l'historie de la reproduction des son.
- le contrôle technique sur notre destinée.
Ca me parait hautement épidermique franchement excessif. Il me semble que tu en fais un peu trop.

La réalité déplait ? Jamais posé cette question, elle est, ça me suffit. Je ne vois pas pourquoi elle déplairait, surtout en HiFi, quelle drôle d'idée...

OK, je sais, je suis bassement terre à terre... :) Faut me poser des questions simples...

etsimonogn

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 342
    • E-mail
Re : Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #4 le: mars 14, 2017, 23:52:40 pm »
La haute-fidelité, c'est seulement reproduire la musique la plus fidèlement possible. C'est tout. Ca varie selon les personnes, tout le monde n'a pas le même niveau d'exigence, ni de technicité.
Tout le monde n'a ni la même perception, ni la même culture, ni les mêmes goûts. Tout le monde n'a donc pas la même conception de la fidélité.
Siméon 

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #5 le: mars 15, 2017, 01:33:45 am »
etsimonogn, vous écrivez

Tout le monde n'a ni la même perception, ni la même culture, ni les mêmes goûts. Tout le monde n'a donc pas la même conception de la fidélité.

Je veux bien mais il y a un dénominateur commun entre tous les audiophiles, la musique, le son des instruments de musique qui pourraient être aussi, à votre suggestion les sons familiers.  C'est ce que nous avons à reproduire, fidèlement.  Si j'allais écouter votre chaine audio, bien que différent de vous dans la morphologie, l'expérience et l'expertise, les objectifs etc, je m'attendrais à reconnaître ce à quoi je suis habitué.  Le piano sonne pareil pour tous le monde.

Borak, vous écrivez

La haute-fidelité, c'est seulement reproduire la musique la plus fidèlement possible.

Mais c'est exactement ce que je préconise, ça serait si simple.  Pourquoi diable toutes les raisons sont bonnes pour faire n'importe quoi ?

Maintenant, pendant que j'ai votre attention, expliquez moi donc, la douceur, la rondeur en audio.  Tant que vous y êtes, parlez moi dont du son tube et du son vinyle. Que dire des câbles, des pieds et pointes, tablettes et tous les gris-gris qui pullulent en audio. 

Et c'est moi qui en fait trop, hé bin !

Comment se fait-il qu'à toutes les fois où il est question de réalité, de reproduction fidèle, de la compréhension de l'audiophile de ce qu'il a à reproduire, fidèlement la musique, je vous paraphrase ici, ça énerve, ça déplaît.

Pourquoi Borak hein !

Pour finir, mes questions sont simples Borak.  Ce sont les réponses qui sont compliquées.

R

J'attend les réponses de Dominique aussi.
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

etsimonogn

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 342
    • E-mail
Re : Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #6 le: mars 15, 2017, 11:20:18 am »
Bonjour

etsimonogn, vous écrivez
Tout le monde n'a ni la même perception, ni la même culture, ni les mêmes goûts. Tout le monde n'a donc pas la même conception de la fidélité.
Je veux bien mais il y a un dénominateur commun entre tous les audiophiles, la musique, le son des instruments de musique qui pourraient être aussi, à votre suggestion les sons familiers.  C'est ce que nous avons à reproduire, fidèlement.
Selon quels critères?

Citer
Si j'allais écouter votre chaine audio, bien que différent de vous dans la morphologie, l'expérience et l'expertise, les objectifs etc, je m'attendrais à reconnaître ce à quoi je suis habitué.  Le piano sonne pareil pour tous le monde.
Y compris sur des produits non étiquetés hi-fi, genre le poste à transistors dans la cuisine ou un auto-radio. Il m'arrive régulièrement de découvrir un morceau (nette préférence personnelle sur le classique ou jazz) entendu par hasard sur un de ces appareils lo-fi. Leur médiocre qualité de reproduction laisse néanmoins passer l'essentiel du message.

Pour rester dans l'ambiance 'philoshifique' de ce fil, je vous propose de méditer sur cette idée du canadien Marsall McLuhan 
'Ce n'est donc pas d'abord le contenu qui affecte le public consommateur d'un média,
comme on le croit souvent, mais le canal de transmission lui-même.'
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan

Siméon

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #7 le: mars 15, 2017, 12:55:14 pm »
etsimonogn,

Vous me demandez, selon quels critères ?

J'essai cet angle de réponse.

Ce que nous entendons dans la vie, c'est la réalité non transformée par un micro, un enregistrement par exemple.  Ce que nous entendons dans la vie n'est pas une reproduction.  Ce sont ces sons, cette réalité, que le passionné de hifi devrait reproduire.  La coloration involontaire due à l'enregistrement par exemple, nous n'y pouvons rien mais la coloration volontaire, faudrait éviter. Cela relève de la méthodologie de base.  Les goûts personnels devraient se limiter au choix des appareils/enceintes et des types de musiques préférés

La haute fidélité est idéalement une reproduction plausible de cette réalité  mais est-ce le cas ?  Est-ce que les audiophiles, à la hauteur de ses moyens technique et connaissances personnelles, travaillent dans ce sens ?  C'est ce que je questionne.

Pour revenir à votre question, les critères, je ne les connais pas, je les cherche moi aussi et c'est un des objectifs de cette discussion. 

Je ne crois pas que la technique suffit pour tirer le meilleur de nos chaines audio.  Je peux me tromper et si c'est le cas, qu'on me le démontre.


Tellement d'accord avec votre second point.  L'émotion n'est pas une exclusivité de la hifi.  Faire une courbe n'assure pas l'émotion. J'ajouterais cela à la liste des aspects que l'on se doit de connaître.

Comme vous, j'écoute beaucoup de jazz et un peu de classique.  N'est-ce pas une information généralement méconnue entre foromeurs.  M'semble que c'est capital comme info.



Je vais lire la page wiki sur McLuhan.  On s'en reparle.

R
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #8 le: mars 15, 2017, 13:16:30 pm »
Un ami vient de m'envoyer ce site sur la haute fidélité.  C'est un point de vue personnel certes mais il a le mérite de toucher à de très nombreux aspects de la hifi.

https://sites.google.com/site/francisaudio69/home

Une de ses conclusions de chapitre,

C'est un point de vue que je partage.
En effet, si l'enceinte est correctement conçue (c'est à dire avec une réponse en fréquence flat mesurée à proximité), il n'est pas nécessaire de corriger l'atténuation mesurée au point d'écoute dans les hautes fréquences.

En résumé, il n'existe pas UNE courbe cible idéale.
En fonction de l'acoustique de la pièce, des enceintes (positionnement dans la pièce, directivité en fonction de la fréquence...) et de ses goûts musicaux, chacun choisira SA courbe cible.

Les anglo-saxons utilisent le terme "house curve"
http://www.hometheatershack.com/forums/rew-forum/96-house-curve-what-why-you-need-how-do.html
Ce terme illustre bien le fait qu'une courbe cible est un choix personnel dans le contexte d'une salle d'écoute particulière.

En clair, une courbe cible universelle n'existe pas.

Un bon résumé:
"Whatever you do, do not, I repeat do not follow the X-curve for your home system.
Fortunately there is considerable activity in SMPTE and AES organizations to revise the production standard to hopefully bring it up to the state of the art in understanding of room acoustics.
Until then, we really have no target "standard" to aim at in calibrating our home systems and certainly not one when it comes to X curve."
http://www.madronadigital.com/Library/Room%20Equalization/Room%20Equalization.html

J'ai souligné un passage auquel j'aimerais ajouter ceci, avec comme référence le son des instruments de musique, les ambiances et bruits de salles.  Sinon cela demeure la définition de l'audio d'aujourd'hui, soit la permission que l'on s'accorde de privilégier ses goûts personnels au détriment de la réalité. 

R
« Modifié: mars 15, 2017, 14:15:44 pm par RicharD333 »
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

steph29

  • Newbie
  • *
  • Messages: 33
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #9 le: mars 15, 2017, 18:33:41 pm »
Bonjour à tous.
Bien sûr que la réalité ne plaît pas à tous.c'est la tendance actuelle dans tous les domaines. Qui a entendu une trompette où une bombarde ,une cymbale splash à trois mètres sait qu'un malheureux dôme de 25 mm filtré à 6 db ne tien pas la marée. Seule une compression fait le poids.après. c'est une affaire de compromis. ,de prix et de ...waf. Car pour accompagner cette compression il faut que le reste soit à l'avenant. Comme à chaque fois c'est un cercle infernal.donc chacun monte son système avec son niveau de compromis.
Bonne journée.

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 4534
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #10 le: mars 15, 2017, 18:50:22 pm »
Bonjour

La réalité ne peut pas déplaire à beaucoup d'audiophile, puisqu'un pourcentage non négligeable de ceux-ci ne connaissent pas le son réel des instruments parce qu'ils ne fréquentent pas, ou trop peu, les concerts acoustique qui est le meilleurs critère de comparaison.

Cordialement, Dominique.

luiscrepy

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 548
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #11 le: mars 15, 2017, 19:28:15 pm »
Il y a quelques jours, j'assistais au concert de Yuri Buenaventura dans une petite salle à coté de Versailles. Il y avait des cuivres, salsa oblige, mais malgré un volume de salle relativement modeste, ce qu'on entendait c'était les hauts parleurs. Même la contre-basse était une sorte de guitare basse modifiée. Si on veut écouter uniquement des instruments, il ne reste que le classique ?

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #12 le: mars 15, 2017, 20:19:04 pm »
Ça Luis, je vous le concède.

Alors face à ce triste constat, on fait quoi ?  On cultive le culte des goûts personnels ?

Un peu de douceur par ci, de rondeur par là.

«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

xnwrx

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 1225
Re : Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #13 le: mars 15, 2017, 20:29:28 pm »
Bonjour à tous.
...Qui a entendu une trompette où une bombarde ,une cymbale splash à trois mètres sait qu'un malheureux dôme de 25 mm filtré à 6 db ne tien pas la marée. Seule une compression fait le poids...

Cette réflexion m’interpelle particulièrement : est-ce un problème de niveau sonore dont il est question ici ou de manière plus complexe, de qualité et de capacité de retranscription du message ; de fidélité ?
Je pose la question car à mon sens, il n'y a aucune raison pour que toute technologie maîtrisée de tweeter soit en mesure de restituer le message avec fidélité. Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce qui justifierait la supériorité d'une compression et en quoi elle serait meilleure ?
Si elle est meilleure, alors cela doit se voir à la mesure ?

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 511
    • E-mail
Re : La haute fidélité, où en sommes-nous ?
« Réponse #14 le: mars 15, 2017, 20:49:36 pm »
Xn vous écrivez

il n'y a aucune raison pour que toute technologie maîtrisée de tweeter NE soit PAS en mesure de restituer le message avec fidélité. Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce qui justifierait la supériorité d'une compression et en quoi elle serait meilleure ?  Si elle est meilleure, alors cela doit se voir à la mesure ?

Ou bien je ne comprend pas le sens de votre interrogation mais il me semble que le ne/pas , celui que j'ai ajouté dans votre phrase, est plus juste.  Sinon expliquez moi !

Maintenant, voyez-vous, ce que j'ai souligné m'agace.  Il suffirait de prendre une mesure pour qualifier l'écoute d'un hp ?  Est-ce la bonne interprétation de ce que vous avancez ?

Si c'est le cas, faut en parler et cette discussion servirait seulement à éclaircir ce point que l'on aurait avancer grandement.

R
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer