Auteur Sujet: Coup de grisou, coup de gueule.  (Lu 206 fois)

philharmonie

  • Newbie
  • *
  • Messages: 158
    • E-mail
Coup de grisou, coup de gueule.
« le: mars 10, 2017, 21:53:08 pm »


Coup de grisou, coup de gueule.



Après avoir travaillé dans le Hifi pendant des années j’étais revenu chez moi.

A Marseille pour être un professionnel dans la Hifi, je dirais que c’était compliqué …

Ouvrir un magasin de Kit Audio et écouter un certains nombres de clients idiot-phile, c était au dessus de mes forces. d’autres si était cassé les dents.

J’ai donc décider de n’orienter vers le Son Pro, la Sonorisation.
Et les années passent. J’apprends et j’apprends.


Tous les deux trois ans nous montions au ciel.
J’ai bien orthographié le nom parce que pour nous provinciaux, c’était un vrai régal, un goût de paradis.

Et quand nous en avions marre nous visitions le Salon Rétro Mobile qui était juste à côté.
C'est un clin d’oeil aux aficionados des moteurs.

Sympas.


Le SIEL, était le salon international de l’éclairage de la lumière et de la sonorisation.

Nous y allions pour se tenir au courant des nouveautés surtout en éclairage.
Voir les dernière découpes ou les derniers PC de Robert Juliat, les scans les poursuites de Clay Paky et les structures Mobiltech etc …

Mais aussi pour retrouver des contacts, s’en créer d’autres.

Nous partions en bande et nous passions plusieurs nuits dans la Capitale.

Ce salon avait lieu début février et pour tout dire en sono le mois de février est plutôt calme.

A l’époque le SIEL était réservé aux Pro pendant 2 jours et ensuite c’était ouvert au grand public.

Les stands faisaient des démonstrations. C’était vraiment cool.

Je ne me souviens plus de l’année mais à la fin du salon il y a eu une manifestation des intermittents mécontents à juste tître mais aussi et surtout des auteurs compositeurs.

Tous les stands des gros : Christian Heil, Adamson, Clair Brother et Meyer Sound avaient poussé les curseurs à bloc. Il y avait plus de 135 dB.

Puis d’un coup le silence, un immense brouhaha une énormissime clameur et des slogans :

«  A la sacem, à la sacem « et non pas «  a L’assassin, à l’assassin « 

Bref une bonne ambiance.


L’année d’après tous les stands étaient statiques. Plus ou pratiquement plus de musique.

Que du politiquement correct.

Et le salon était pour toute sa durée ouvert à tous, pro et grand public. Une boucherie.

Mais pour nous pendant 2 ou 3 jours c’était régalade.


Un jour nous mangions avec le rédacteur en chef de sono magazine, le lendemain avec des pointures chez les ingés son et nous nous racontions nos expériences avec les égos surdimensionnés de certaines vedettes.

Le soir nous sortions faire les cons.
Et nous les Marseillais quand on est loin de nos bases, généralement, on se lâchent.

Mais au bout d’une journée et demi nous avions fait le tour.

Et nous réservions le fin de notre séjour pour visiter les gros faiseurs sur Paris pour sentir l’évolution du marché et enfin quand nous avions le temps pour rigoler nous allions faire le tour des vendeurs de cartons chez les Pétants, non les Incompétants.

C’était l ‘époque ou certains magasins Parisiens faisaient 2, 3, 4 voir 6 pages de publicités dans le Haut parleurs ou Sono Magazine.

Sur l’ensemble de ces magasins pas un seul vendeur n’avait une fois fait du son en live, en sono ou disco.

Ils vendaient du matériel bas de gamme, des répliques Chinoise des HP Audax surtout les 38 cm les 30 et même les 17,  à la limite du scandaleux.

Et les DJ débutant ou autres se faisaient escroquer à la mode.

Selon les stocks certains collaient les écussons des watts en dernier moment et vendaient des amplificateurs de 500 w qu’ils n’avaient plus et qui remplaçaient par des 200 W.

C’était la valse des étiquettes.

Quand il y avait des bancs d’essai en comparatif dans les magazines spécialisés c’était pareil.

La valse des étiquettes.


Il n’y avait pas internet et les seules infos que les clients possédaient, c’étaient celles qu’on trouvaient dans les magazines. Les ardoises de publicité, dans les revues étaient dantesques.

Il n’y avait rien d’autres.

Bref nous avions décidé mon pote et moi d’aller sur le Nord de Paris entre Place de Clichy Pigalle, La place Blanche  et les Gares du Nord et de l’Est etc.

Paradoxalement ce quartier était de jour, spécialisé dans la Hifi, la Sono, le Studio et les Instruments de Musique et le soir c’était les Bars à rencontres, des Sex Shop etc…

Et tout ce beaux monde vivait semble t’il en bonne intelligence.


Nous étions dans le quartier des rue Bataves … rue d’ Amsterdam, rue d’Anvers, rue de Liége etc.

Nous arrivons chez C… , Il vendait des haut-parleurs de toutes marques et un peu d’électronique.

Et chaque fois c’était pareil nous faisions les benêts «  On vient de Marseille et on profite pour voir du matos ».

Nous montrons notre intérêt pour la marque Fenton que nous ne trouvions que très rarement sur Marseille et généralement pas ou peu en province.

A l’époque Michel Bigot EMB, le patron avait une politique très agressive sur la publicité.

Ces HP n’étaient pas mauvais. Le rapport qualité/prix était même correct mais cela ne valaient pas du RCF du Beyma ou du B&C.

Et puis la discussions s’oriente vers la marque Monacor.

Le patron me reprends au vol et me dit «  Monacor mais surtout Monarch. »

«  Je me suis personnellement investi, dans l’élaboration de cette marque, et sur cahier de charges j’ai fait évolué cette marque «.

Balaise le Mec. Enfin une pointure et puis il y a le fameux cahier de charges.

Je le reprends de volée et je lui dit «  J’ai travaillé pour Monacor et sa série haut de gamme Monarch pendant 4 ans et je ne vous connais pas. Vous aviez une chance sur 55 millions de Français de tomber sur moi et pas de chance. »

«  Monsieur, vous êtes un escroc, un menteur. Vous êtes pitoyable. »


Et nous sommes partis.

Mon pote m’a dit ensuite «  je n’ai jamais vu un revendeur se prendre une claque comme ça. »


Aujourd’hui on en rigole encore.

Tout ça pour dire que le marché c’est semble t’il énormément assagit et amélioré.


Internet à sans doute permis de faire évoluer tout ça dans le bon sens.


Et les escrocs du son n’ont plus pignons sur rue.
Enfin je l’espère.

Si vous avez, vous aussi des anecdotes, n’hésitez pas.


C’est régalade. C’est open bar.


@+


Acoustiquement vôtre.


Philharmonie


tonton

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 377
Re : Coup de grisou, coup de gueule.
« Réponse #1 le: mars 11, 2017, 18:21:53 pm »
Bonjour,

Perso, je trouve que la hifi est devenue prout-prout-déco.
Mes diy (hifi) sont à base de hps de sono. Je trouve qu'on a deux fois plus pour deux fois moins cher.
Mon fournisseur principal est B.Corde à Paris. J'ai rien à redire. Il est pro, il est serieux.

Cordialement
« Modifié: mars 11, 2017, 18:26:58 pm par tonton »

philharmonie

  • Newbie
  • *
  • Messages: 158
    • E-mail
Re : Coup de grisou, coup de gueule.
« Réponse #2 le: mars 11, 2017, 18:31:21 pm »
Tonton.

Tu as raison.

B Corde c'est du sérieux.

En plus des HP Sono il a aussi à disposition des clients toute une gamme
HP Guitare, Bass etc.

De toute manière dans ce métier, ceux qui durent ...

Il n'y a pas de secret.


@+

Philharmonie


Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 4295
    • E-mail
Re : Coup de grisou, coup de gueule.
« Réponse #3 le: mars 11, 2017, 23:02:02 pm »
Bonjour

Je ne travaille absolument pas dans ce métier, ce n'est qu'une passion.
Je ne sais pas quels sont les marchants sérieux des autres, je ne vais plus chez eux, internet est passé par là.
Cette indépendance j'y tiens, j'analyse les choses, je cherchent des solutions, et lorsque ce ne sont pas des solutions commerciales j'explique pourquoi.

Cordialement, Dominique

steph29

  • Newbie
  • *
  • Messages: 24
    • E-mail
Re : Coup de grisou, coup de gueule.
« Réponse #4 le: mars 12, 2017, 10:46:10 am »
Bonjour à tous.
L'Internet c'est indéniablement un plus pour nous.Mais pouvoir écouter des HP montés et filtrés dans leurs caisses c'était bien aussi.j'ai encore souvenir d'une 3 voies audax sono à base d'un 38 cm,d'un 17 cm en médium et d'un gros dôme pour l'aigue entendue dans un magasin de kits sono où je m'était égaré dans les années 80 qui mettait la pâtée à bien des kits hifi  très prétentieux. Une écoute très percutante et réaliste qui m'a rendu amoureux des 38 cm et des HP sono en général qui en donnent bien plus pour moins cher.