Auteur Sujet: Quelle leçon en tirer ?  (Lu 984 fois)

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Quelle leçon en tirer ?
« le: septembre 21, 2017, 15:12:02 pm »
https://ca.yamaha.com/fr/products/musical_instruments/pianos/avantgrand/n3/index.html

Je me souviens avoir écrit quelque chose la dessus.  À ce moment, je supposais que cet instrument de musique s'approchait du véritable instrument qu'est le piano.  Je supposais parce que pas écouté.

C'est fait !  Je confirme, franchement c'est bluffant.  Ce qu'on entend est un piano. 

Je rappelle que le N3 de Yamaha est un imitateur de piano car pas de corde, seulement un système sonore.  Des amplis et des hp composent l'essentiel de l'instrument.

Si nous réunissions deux pianos, un vrai et à coté un N3, il est bien possible de percevoir les failles, les faiblesses du N3 mais sans cette comparaison directe, bien fin celui qui y arriverait tant le N3 sonne comme un piano mais ce n'est pas le sens que je veux donner à la discussion. 

Un piano est un instrument complexe, difficile à enregistrer tant il est nuancé.  Les harmoniques, la note franche, sa dynamique, le jeu de pédales etc., rien pour simplifier sa reproduction et pourtant, Yamaha y arrive.

Ce qui est formidable avec cet instrument, c'est la démonstration qu'un système de son peut reproduire fidèlement un piano. 

Alors y a t'il une leçon à tirer de cet exercice ?

À vous la parole !
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

landbourne

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 505
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #1 le: septembre 21, 2017, 17:11:07 pm »
 Bonjour,
Il faudrait pouvoir l'écouter pour avoir une idée.

 Yves

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5451
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #2 le: septembre 21, 2017, 18:14:03 pm »
Bonjour

Si un piano numérique est capable de faire aussi bien qu'un piano de concert, nous pouvons faire une enceinte qui reproduit presque parfaitement le son du piano.
Et si nous savons reproduire presque parfaitement le son du piano, nous savons aussi reproduire le son des autres instruments...

Cordialement, Dominique

luiscrepy

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 720
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #3 le: septembre 21, 2017, 18:34:41 pm »
Bonjour,
J'allais répondre lorsque je mes suis aperçu que Tonipe avait déjà dit avec d'autres mots ce que je pensais.

Tous les jours, nous pouvons lire des comptes rendus d'écoute de tel ou tel système sur lequel les instruments étaient "d'un réalisme sonore bluffant".
Cela signifie qu'un système capable de le faire uniquement avec le son du piano place la barre moins haut, aussi complexe soit le son de cet instrument spécifique.

Il y a 40 ans, Cabasse mettait en comparaison une formation d'instruments à cordes avec ses enceintes, le tout caché derrière un rideau acoustiquement transparent. Beaucoup se laissaient piéger.

Ce que je retiens aussi de votre information, c'est que Yamaha est capable de reconstituer exactement la même suite de "1" et "0" avec un clavier que ce sait le faire un bon micro et son pré-ampli. (ou peut-être quelques bons micros judicieusement disposés et un bon ingénieur du son et sa table de mixage)

Il y a donc dans cet instrument deux prouesses, la qualité du synthétiseur et la qualité de l'enceinte intégrée à 12 hauts parleurs et 16 amplis (pourquoi 16 ?)

Luis

Borak

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 577
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #4 le: septembre 21, 2017, 19:14:11 pm »
Bonjour,

Le piano a aussi des résonances qui viennent de la caisse. Et dans ce piano, ils ont gardé une caisse de type piano. Probable qu'elle participe au son.

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #5 le: septembre 22, 2017, 12:42:40 pm »
Bonjour

Si un piano numérique est capable de faire aussi bien qu'un piano de concert, nous pouvons faire une enceinte qui reproduit presque parfaitement le son du piano.
Et si nous savons reproduire presque parfaitement le son du piano, nous savons aussi reproduire le son des autres instruments...

Cordialement, Dominique

Voilà qui rejoint ma position.

La leçon que je tire de cette écoute du N3 et de la réflexion qui s'en suit est que la chaine n'est plus un problème.  Ces dernières années, nous maîtrisons de mieux en mieux un ensemble de paramètres obligatoires pour une reproduction naturelle et fidèle de la musique.  L'acoustique, les courbes et mise en phase, entre autre, viennent compléter une déjà longue liste d'actions faites sur la mise en oeuvre d'une chaine audio.  Il reste du travail mais ça avance rondement !

Je conclu que le maillon faible est l'enregistrement.

J'entend par maillon faible que l'enregistrement est limité par le matériel d'enregistrement choisi comme les micros, les consoles etc.  Aussi la philosophie derrière chaque enregistrement, 2 micros ou plusieurs, le nombre et le type de corrections etc. Évidemment la compétence des techniciens, certains dirons des ingénieurs son, ça fait chic, leur volonté du travail bien fait et aussi et peut être surtout, le goût de l'artiste, souvent piloté par un budget serré, à vouloir son produit bien fait car ça coûte très cher la réalisation d'un enregistrement.

Que faire ?  À part l'écrire je ne vois pas trop ce que nous pouvons faire devant cette grosse machine qu'est l'industrie de l'enregistrement.  Les jeunes n'embarquent pas dans cette passion qui nous a fait faire les pires folies, les pires exagérations.  Si je ne suis pas surpris par cette désaffection, je ne suis pas optimiste pour l'avenir de l'audio.  Peut être que l'erreur a été de vouloir démocratiser une passion essentiellement élitiste.

Qui sait !
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5451
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #6 le: septembre 22, 2017, 15:56:17 pm »
Bonjour

Il est pour moi certain que les producteurs de musique, ceux qui donnent les ordres aux ingénieurs du son, ce moquent pas mal de nos exigences audioPhiles.
Sur un autre forum un internaute à compare un 33 tr numérisé par lui avec le CD issu du même enregistrement. La numérisation était tres bonne et pas le CD.
Le numérique n'est pas en cause, c'est ce qu'en fait l'industrie de la musique qui est le problème.

Cordialement Dominique
« Modifié: septembre 22, 2017, 21:02:19 pm par Tonipe »

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #7 le: septembre 22, 2017, 18:21:59 pm »
Dominique, ingénieur du son ?  Vraiment  !

Ceci dit, d'accord avec vous, le numérique est un outil simplement, comme l'analogique mais  ce n'est pas la question.

Le problème posé ici est le travail de qualité souvent ordinaire, voir médiocre des équipes au complet de production.

Raisons financières, méconnaissances de ce qu'est la musique, le talent et faut le dire aussi, la clientèle cible n'est pas audiophile, ce qui n'est pas, comme vous l'avez souligné, un très bon incitatif pour cette industrie qui se cherche. 

Le défi est colossal car il est global.  Perso je n'investi plus en audio.  Ma base audio est bonne et pour ce que je lui donne à reproduire, c'est amplement suffisant.

Un jour peut-être verrai-je le changement que j'attend.  D'ici là je signale le fait que mon investissement audio est largement supérieur aux enregistrements qui sont l'essence même de la passion, la reproduction fidèle et naturelle de la musique.
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

tonton

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 552
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #8 le: septembre 22, 2017, 19:31:41 pm »
Bonjour,

Avec les technologies modernes, il me semble qu'il n'y a rien d'extraordinaire à imiter un son de piano "confondant"
Je suppose qu'ils emploient la même technique que pour les simulateurs d'orgues (ou orgues virtuelles):
Enregistrement de chaque note d'un vrai piano haut de gamme, avec differentes attaques de notes, différentes réverbération et tout et tout. Numérisation de chaque note avec je ne sais quel échantillonnage et mémorisation dans un disque dur quelconque, ou autre. Je ne connais pas les détails. Quand on appuie sur la touche, ça reproduit le son numérisé. J'imagine que en plus, il y a toute une programmation pour lier parfaitement les notes et pour chaque nuances.
Ce ne sont pas des synthétiseurs dans le sens où il n'y a pas de création de son.

Dans un piano (ou orgue) numérique normal, on a le même son enregistré et on joue sur sur la fréquence pour faire la gamme complète.
Ici, on est probablement sur du note par note et je suppose que la multiplicité des hps, c'est pour que le son soit émis plus ou moins au droit de la touche appuyée et en respectant la distance réelle par rapport au capot (le panneau incliné dont je ne connais pas la désignation). La forme du piano est rigoureusement respectée pour que l'écoulement du son autour de l'instrument soit fidèle à la réalité.
A mon avis, la technologie est classique comparé aux pianos standards mais il y a assurément une débauche de moyens et tout le travail d'enregistrement et de numérisation en amont.
Un super instrument numérique. Ça doit couter quelques cacahuètes.

Mais, à mon avis, plus facile à réaliser qu'un ensemble hifi haut gamme qui lui, n'a rien en mémoire et pas de corrections préprogrammées puisque il doit pouvoir absolument tout reproduire.

Cordialement.
« Modifié: septembre 22, 2017, 20:37:18 pm par tonton »

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #9 le: septembre 22, 2017, 20:50:27 pm »
Le fondement de cette réflexion est qu'il n'y a plus de raison pour ne pas reproduire correctement un piano et les autres instruments de musique  chez soi.

Sous-jacent à cette base de réflexion, les veritables progrès en qualité  de reproduction  sont fait chez l'audiophile,  ce qui ne m'apparaît pas très  normal.

Le N3 n'est qu'une démonstration que c'est possible via un système  de son et qu'on ne peut se mettre la tête dans le sable.

Nous avons les moyens, les connaissances mais il manque l'essentiel, l'enregistrement, qui pour toutes sortes de raisons ne fait pas le poids.

Maintenant, tournez autour du piano si vous voulez, je suis d'accord mais ce n'est pas le fond de ma réflexion
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

Borak

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 577
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #10 le: septembre 22, 2017, 21:22:58 pm »
Il y a quand même une différence importante.

Un instrument de musique (même "electronisé" va être plutôt ponctuel). Les défauts de la salle n'ont pas beaucoup d'importance, parce que cet instrument va jouer dans cette salle. La salle va faire partie du concert.

Pour votre chaine hifi écouté dans votre pièce d'écoute, on veut écouté la salle du concert enregistré, la votre ne doit pas en faire partie. Voici qui complique fortement les conditions.

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #11 le: septembre 23, 2017, 12:30:33 pm »
Borak,

Si vous y tenez !
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

gils

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1492
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #12 le: septembre 23, 2017, 13:36:38 pm »
:)

oui enfin, ce n'est pas demain que le piano sera remplacé ou imité par de l'électronique et du papier.

https://youtu.be/lVVexJ9_mVY

"l'audiophile" n'a jamais rien fait avancé, il est juste consommateur de produit que le monde pro de l'audio lui propose et encore !! quand je vois certain forum qui en sont encore avec des encombrantes et obsolètes VOT, je rigole  :ptdr:
certain tente de nouvelles technologies pour faire avancer l'audio (comme Devialet), pour moi c'est un échec mais c'est avec des gens comme ça que l'audio avance ;)

cdt.

xnwrx

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 1628
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #13 le: septembre 23, 2017, 14:01:03 pm »
A mon sens, il n'est pas idiot de penser qu'effectivement ce piano numérique puisse reproduire toutes les nuances d'un véritable piano et se rapprocher de l'émotion qu'un Yamaha ou Steinway peuvent procurer. C'est dans la nature des choses, le progrès fait partie de notre entropie humaine.
Il y a les audiophiles et les professionnels sérieux Gilles. Yamaha fait partie de la seconde catégorie, avec des moyens de recherche avancés.
Quant aux amateurs de VOT et autres pavillons, il faut respecter leurs choix. C'est une passion et comme beaucoup de passions, elles sont toutes discutables et souvent inutiles ou futiles, mais ces passions font partie de nous. Je respecte toute passion parce que moi même passionné je fais des choses dénuées de sens ou absurdes pour d'autres, mais qui me procure tant de plaisir. La seule chose que je ne leur pardonne pas c'est lorsqu'ils expliquent que ce sont les meilleurs systèmes du monde que rien ne peut égaler.
Au final on peut les comparer à des collectionneurs de voitures anciennes. Ils y trouvent un grand plaisir, certaines de ces autos sont magnifiques, voire des œuvres d'art, mais il y a bien longtemps que la technologie a rendu les autos modernes plus fiables, plus efficaces, plus performantes, plus sures, plus efficientes....etc.

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #14 le: septembre 23, 2017, 14:15:10 pm »
Gils vous écrivez,

"l'audiophile" n'a jamais rien fait avancé

Pas d'accord avec vous. 

Maintenant ce point est délicat car il est possible que ce désaccord soit basé sur une mauvaise interprétation de part et d'autre.  Je préciserai donc ma pensée en espérant que vous en ferai de même.

L'audiophile est en bout de piste, on s'entend sur ce point.  Il est le consommateur, autre point partagé.  Le rôle de ce dernier est d'accepté ou non tel ou tel produit, quel que soit son utilité, sa provenance, son prestige, son prix etc.  Il trace donc les tendances du marché.

De ce fait, il participe à l'évolution de l'audio.  Ce n'est pas lui qui conçoit et réalise certes mais c'est lui qui décide de l'avenir de ce qui lui est proposé.  Les exemples pullulent.  En marketing, on dit qu'un produit sur 100 deviendra populaire. 

Personnellement je soutiens que c'est une erreur de la part de l'audiophile de s'exclure du processus d'évolution audio.  D'ailleurs l'industrie de l'enceinte ne se bute t'elle pas à toutes ces nouvelles connaissances de l'audiophile en matière de mise au point de la chaine audio et salle acoustique ?  Il est clair pour moi que si nous persistons dans la voie de la mise au point, telle que celle proposée sur ce forum, l'industrie va changer.  Elle va s'adapter.

Je terminerai cette précision sur ma pensée en rappelant que si nous n'avons pas les moyens techniques/fabrication/mise ne marché, c'est nous qui avons le fric et qui achetons.  Ce seul point me conforte dans l'idée que j'ai mon mot à dire.  Je vous laisse imaginer les changements si tout les audiophiles étaient conscient de ce fait !


D'accord avec vous Xn.
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer