Auteur Sujet: Quelle leçon en tirer ?  (Lu 980 fois)

Borak

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 577
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #30 le: septembre 28, 2017, 22:14:43 pm »
Comment je peux qualifier numériquement mon niveau d'exigence... Jamais je ne pourrais répondre à cette question. Il faudrait déjà avoir les mêmes référence de quantification : impossible.

Mon niveau d'exigence est simple : Quand j'écoute une chaine hifi, je veux reconnaitre les instruments, plus ils sont réalistes mieux c'est. Je veux être devant la scène.
Mais si la musique est bonne, je peux me laisser emporter même sur une chaine de basse qualité.
C'est un peu pour ça que je vois les choses sous deux niveaux :
- La Hifi
- La Musique.

Sinon, je pense qu'on parlait de la même chose : Je crois que l'enregistrement brut nécessite un travail minimum. ne serait-ce que parce que les micros ne sont pas "droit" ni parfait... Et je pense que certains studio respectent la musique. Il ne faut pas généraliser. Et oui, il y en a aussi certains qui font dans le saccage.

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #31 le: septembre 29, 2017, 12:05:42 pm »
Borak, vous écrivez,

Il faudrait déjà avoir les mêmes référence de quantification : impossible.

Je ne sais pas si c'est possible mais il faut admettre que c'est souhaitable. Si je vous parle à vous, je m'adresse à tous.

Vous ajoutez,

Mon niveau d'exigence est simple

Si ça pouvait être généralisé !


En discutant avec des audiophiles de tous horizons, je suis toujours surpris par la disparité des éléments de reproduction recherchés et favorisés.  Pour certains c'est la qualité du son, d'autres l'image, plusieurs la basse.  Rarement ai-je rencontré un audiophile qui assume l'ensemble des critères exigé pour une reproduction fidèle et naturelle.  C'est toujours un ou deux aspects, jamais un ensemble complet.  C'est sans compter les distorsions des définitions adoptées d'un audiophile à l'autre.  La dynamique est un formidable générateur de confusion, la dynamique de la musique et la musique dynamique.  Voilà qui en mêle plus d'un.

Pour complexifier la chose, le vocabulaire tordu qui ne fait rien pour augmenter la crédibilité des audiophiles aux regards des jeunes par exemple.  Les ingénieurs de son est un bel exemple, ces techniciens du son, s'ils tiennent à la dénomination, ne nous obligent pas à endosser cette usurpation de pouvoir.  J'ai hâte de vous entendre vous tous sur cette affirmation.  Saviez-vous qu'ici au Québec, de nombreux audiophiles pressurisent leur salle de son.  Paraît que ça prend un sub, pour le reste, je n'en sais rien.  Mais la cerise sur le gâteau, un de ces vaillants audiophiles nous a écrit sérieusement que la neutralité c'est comme la mort.  Puis on est supposé se comprendre ??????

Quand même curieux l'audiophilie, chacun ayant sa recette de la reproduction de la musique qu'il défend bec et ongle. Inutile de lui demander ses références, encore un mot à la définition nébuleuse j'imagine car ça part dans toutes les direction.  Borak, nous sommes des audiophiles, les défenseurs de la fidélité et nous n'avons pas les mêmes référence de base, le son des instruments de musique. 

Croyez vous à l'avenir de ces discussions sur les fora ou bien nous sommes condamnés à parler chacun de nos petites affaires sans tenir compte de l'opinion des autres ?  Un forum est un lieu de partage, vraiment !

Cette discussion, quel formidable exemple de non compréhension de l'objectif du sujet et j'oserai dire de non volonté de comprendre, ça part dans toutes les directions comme si la réflexion sur un sujet précis était à proscrire.

Désolé que ce coup de gueule tombe sur vous, ce n'est pas personnel mais nom d'un chien, si le sujet n'intéresse pas, pourquoi postez-vous ? 

«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

Borak

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 577
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #32 le: septembre 29, 2017, 14:21:15 pm »
Pas de pb, j'accepte toutes les remarques :) J'aime justement les forums pour l'échange.
D'ailleurs c'est toujours intéressant de voir un point de vue complètement différent du sien. et c'est vrai qu'on a parfois du mal à se comprendre :) Mais ce n'est pas grave, du moment qu'on en retient quelque chose.

A lire, un interview d'un ingénieur du son : http://larepubliqueduson.com/2017/09/29/alban-sautour-un-artiste-du-son/

Sinon, je me demande si la meilleure des chaine n'est pas être celle de l'ingénieur du son. Après tout, c'est lui qui a produit le résultat final, et ne pas utiliser le même système c'est trahir l'enregistrement :)
Ok, cette vue est un peu extrême...

luiscrepy

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 720
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #33 le: septembre 29, 2017, 16:31:00 pm »
A lire, un interview d'un ingénieur du son : http://larepubliqueduson.com/2017/09/29/alban-sautour-un-artiste-du-son/

Sinon, je me demande si la meilleure des chaine n'est pas être celle de l'ingénieur du son. Après tout, c'est lui qui a produit le résultat final, et ne pas utiliser le même système c'est trahir l'enregistrement :)
Ok, cette vue est un peu extrême...

Intéressant, l'interview d'un professionnel. Même si ce n'est pas très approfondi, on devine un peu sa façon de travailler.

Je me suis déjà posé la question également, à savoir si effectivement, en Hifi, un lieu d'écoute et un matériel proche de ce qu'il y a en studio de mixage, n'est pas l'idéal pour retrouver l'esprit de ce qu'a voulu retranscrire l'ingénieur du son.
Et je crois que oui.
D'une part, il n'y a qu'en moniteurs de studio que l'on trouve des produits en tri-amplification interne, entrées numériques, intégrant les corrections par filtres FIR et les DSP pour compléter la correction de l'acoustique du studio. Ce matériel coûte un bras mais annonce des valeurs de SPL maxi, de bande passante à +/- 2 dB et de distorsion extraordinaires. C'est un peu mon modèle en termes de réalisation DIY.
D'autre part, lorsqu'on examine des visuels d'intérieur de studio de mixage, tous les murs sont tapissés de panneaux absorbants et/ou diffusants. C'est pour cette raison que ma pièce dédiée a fini par être assez amortie (pas encore autant qu'un studio) car mon traitement acoustique a consisté a éliminer les réflexions sur les murs, le sol et le plafond au fur et à mesure que je les ai identifiées à la mesure. Pour l'aigu, c'est assez facile, un simple panneau en mousse de surface semblable à celle des paniers à œufs est efficace. Pour le médium, ce traitement est inefficace et je suis passé à des panneaux en mousse épaisse (vieux matelas) sculptés au cutter et recouverts de feutre noir.
Je suis encore loin d'avoir tout éliminé, et n'ai pas l'intention de poursuivre, mais si je suis ce raisonnement, ma pièce d'écoute finirait par ressembler à un début de chambre sourde. Ce à quoi doit un peu ressembler un studio de mixage (en exagérant).

Mais si l'enregistrement final mixé contient tout ce qu'il faut entendre (instruments et atmosphère de la salle) notre pièce d'écoute ne doit pas ajouter sa signature et le meilleur moyen est de limiter considérablement les différents retours.

Ceux qui écoutent au casque bénéficient d'une écoute quasi en chambre sourde et entendent avec grande précision tous les détails pour peu que le casque soit de bonne qualité. L'orchestre semble dans la tête, mais on n'y fait rapidement plus attention, le cerveau se concentrant sur d'autres choses.

Je n'ai jamais écouté au casque un enregistrement effectué avec une tête artificielle. Je me demande si dans ces conditions d'enregistrement, qui n'a pas besoin de l'étape de mixage, l'orchestre semble se dessiner devant nous et non dans la tête. Si cet enregistrement est écouté avec une paire d'enceintes, le résultat ne peut être que fantaisiste par rapport à la perception que l'on aurait si on était à la place de la tête artificielle.

Luis

gils

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1486
Re : Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #34 le: septembre 29, 2017, 16:55:15 pm »
Pas de pb, j'accepte toutes les remarques :) J'aime justement les forums pour l'échange.
D'ailleurs c'est toujours intéressant de voir un point de vue complètement différent du sien. et c'est vrai qu'on a parfois du mal à se comprendre :) Mais ce n'est pas grave, du moment qu'on en retient quelque chose.

A lire, un interview d'un ingénieur du son : http://larepubliqueduson.com/2017/09/29/alban-sautour-un-artiste-du-son/

Sinon, je me demande si la meilleure des chaine n'est pas être celle de l'ingénieur du son. Après tout, c'est lui qui a produit le résultat final, et ne pas utiliser le même système c'est trahir l'enregistrement :)
Ok, cette vue est un peu extrême...

Bonjour,

Au final, définir un mixage à partir d'une paire d'enceinte, un des éléments capital apparemment pour cet ingénieur du son me gène un peu, n'enlève en rien ces autres qualités qu'il faut avoir pour exercer ce métier, ça veut dire aussi que s'il avait écouté sur plein de modèles d'enceintes qui sonnent complètement différemment autant qu'il y a de modèles et de marques aurait refait son mixage à chaque fois ?

Je trouve que ça dénote complétement avec son approche artistique obligatoire pour exercer ce métier, le technicien bête et méchant derrière une table devant des boutons et des courbes ne fera jamais rien de bon.

intéressant ........

Merci Borak pour le lien.
« Modifié: septembre 29, 2017, 17:20:07 pm par gils »

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #35 le: septembre 30, 2017, 13:52:44 pm »
""ingénieur de son"", vous tenez clairement à la dénomination, OK !

« Modifié: septembre 30, 2017, 15:13:38 pm par RicharD333 »
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

gils

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1486
Re : Re : Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #36 le: septembre 30, 2017, 14:29:11 pm »

Je n'ai jamais écouté au casque un enregistrement effectué avec une tête artificielle. Je me demande si dans ces conditions d'enregistrement, qui n'a pas besoin de l'étape de mixage, l'orchestre semble se dessiner devant nous et non dans la tête. Si cet enregistrement est écouté avec une paire d'enceintes, le résultat ne peut être que fantaisiste par rapport à la perception que l'on aurait si on était à la place de la tête artificielle.

Luis

Bonjour,

Alors la grosse différence ressenti lors d'écoute de certaines œuvres comprenant un groupe et un chanteur positionné au milieu de ses instrumentistes: Avec un casque, vous allez entendre le chanteur sur les 2 voies en bi-phonie assez simplement mélangé au reste du groupe, avec une paire d'enceinte face à vous assez proche, les effets sont complètement différents, vous entendez le chanteur au niveau de votre front qui vous donnes un effet de présence incomparable et les instruments qui se dessinent sur chaque voies et vous donne un effet très aéré et précis, l'écoute d'enceinte de loin, vous perdrez de la précision, ce qui est normal, l'onde sonore se perd dans le volume de la pièce, c'est mon constat. (de mon séjour qui se compare plus à une écoute de casque)

cdt.


 

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5432
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #37 le: septembre 30, 2017, 16:26:25 pm »
Bonjour

Je voudrai rebondir sur les auditeurs qui pressurisent leur salles d'écoute.
Du point de vu des caractéristiques de l'air qui est entre les enceintes et nos oreilles, c'est équivalent à une baisse d'altitude.
Je n'en vois pas l'intérêt sir les enceintes sont mise au point sur le lieu d'écoute.
Et si vous regardez au bas du chapitre mise au point des évents : http://www.petoindominique.fr/php/mapevent.php le changement de température est plus efficace que le changement de pression, la pression est liée à l'altitude.

Le terme ingénieur du son est un terme pompeux bien rentré dans le langage audiophile.
Je ne suis pas certain que le niveau de connaissance requis pour exercer ce métier demande bien les 5 ans d'étude que sont la formation d'un ingénieur.
Avez vous des informations à ce sujet ?

Cordialement, Dominique

luiscrepy

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 720
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #38 le: septembre 30, 2017, 18:59:37 pm »
J'ai un BTS photographie (1977) de l'école Louis Lumière (anciennement appelée école Vaugirard) qui à cette époque représentait l'enseignement le plus élevé possible dans cette discipline en France. Il y avait une section Cinéma et une section Son qui formait, entre autres, des "ingénieurs du son" qui ne sortaient comme moi, qu'avec officiellement un bac + 2. Je dis "officiellement" parce que dans les faits, une large partie des admis au concours permettant de rejoindre cette école avaient déjà fait une prépa ou une ou deux années de fac.
Il y a déjà de nombreuses années, l'école a déménagé à Marne la Vallée et s'apelle ENSLL, recrute à Bac + 2 et dispense un diplôme Bac + 5.
Luis

xnwrx

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 1619
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #39 le: septembre 30, 2017, 19:22:09 pm »
Si c'est une ENS, alors ils sont ingénieurs, pas de doute.

Tonipe

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5432
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #40 le: octobre 01, 2017, 11:23:07 am »
Bonjour

Sur cette base je ne remet pas en cause le terme ingénieur du son.

Cordialement, Dominique

tarteup

  • Newbie
  • *
  • Messages: 85
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #41 le: octobre 01, 2017, 15:03:43 pm »
   
  Ou encore, à minima Bac + 6 :   
     http://www.conservatoiredeparis.fr/fileadmin/user_upload/Disciplines/pdf/Fsms.pdf
  Le niveau d'admission ( musique / scientifique ) est détaillé .....  leçon d'humilité .... gulp !

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #42 le: octobre 01, 2017, 15:15:59 pm »
je me référerai à ma signature pour l'instant et cela peut jouer contre moi.  J'accepterai la leçon avec humilité, comme proposé par Tarteup.

Ici au Québec, le cours offert est de niveau DEC, c'est à dire celui d'une technique.  Ceci dit, chez nous il y a l'ordre des ingénieurs et je leur ai demandé s'ils acceptaient l'ingénieur de son comme faisant parti de leur ordre.  On verra si l'ordre veut bien répondre et je vous en ferai part le cas échéant.

Est-ce que l'école mentionné par vos soins est une école qui forme des ingénieurs dans d'autres domaines, comme le génie civil.


Voici un complément d'information sur ce que les ingénieurs font au Québec.

Un système de lois et de règlements encadre les ingénieurs dans le but de protéger le public.
La Loi sur les ingénieurs précise, entre autres, les actes exclusifs et les champs de pratique
des ingénieurs. Selon l'article 3 de la loi, l'ingénieur est autorisé à exécuter, et ce, de façon exclusive, les actes suivants :

donner des consultations et des avis, c'est-à-dire analyser, interpréter des données,
faire des hypothèses et parvenir à une opinion éclairée, exprimée dans un vocabulaire pouvant être compris de celui qui le consulte;
faire des mesurages, des tracés, préparer des rapports, des calculs, des études, des dessins, des plans, des devis et des cahiers des charges;
inspecter ou surveiller les travaux dans le but de contrôler et de vérifier.
 

Tous ces actes peuvent être accomplis dans des domaines précis, tel qu'ils sont décrits par l'article 2 de la Loi, soit :

barrages, canaux, havres, phares et tous travaux relatifs à l'amélioration,
à l'aménagement ou à l'utilisation des eaux; 
travaux électriques, mécaniques, hydrauliques, aéronautiques, électroniques, thermiques, nucléaires, métallurgiques, géologiques ou miniers ainsi que ceux destinés à l'utilisation des procédés de chimie ou de physique appliquée; 
travaux d'aqueduc, d'égout, de filtration, d'épuration, de disposition de déchets ou autres travaux du domaine du génie municipal dont le coût excède 1 000 $; 
fondations, charpente et systèmes électriques ou mécaniques des édifices dont le coût excède 100 000 $ et des édifices publics au sens de la Loi sur la sécurité dans les édifices publics (chapitre S-3); 
constructions accessoires à des travaux de génie et dont la destination est d'abriter
ces travaux;
fausses charpentes et autres ouvrages temporaires utilisés durant la réalisation
de travaux de génie civil; 
mécanique des sols nécessaires à l'élaboration de travaux de génie; 
ouvrages ou équipements industriels impliquant la sécurité du public ou des employés.

Voici l'adresse du site de l'Ordre des Ingénieurs du Québec pour référence.

https://www.oiq.qc.ca/fr/jeSuis/public/quEstCeQuUnIngenieur/faireAppelIngenieur/Pages/ceQueLesIngenieursFont.aspx

Vous avez certainement l'équivalent chez vous, il serait honnête de les consulter.  Maintenant je suis prêt à faire amende honorable si, ceux que je qualifie de techniciens, sont de véritables ingénieurs.  Aujourd'hui j'en doute mais qui sait si demain.

R3

«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer

xnwrx

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 1619
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #43 le: octobre 01, 2017, 15:41:52 pm »
Il faut relativiser, 90% des ingénieurs du son ne doivent pas provenir de cette école, et le terme est bien usurpé.
Chez nous, un ingénieur est celui qui possède un diplôme d'Ingénieur, délivré par une école d'ingénieur.
On a par ailleurs la notion de Ouvrier et Cadre, qui encadre et défini le travail correspondant à chaque poste, découplé de la formation.

RicharD333

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 520
    • E-mail
Re : Quelle leçon en tirer ?
« Réponse #44 le: octobre 01, 2017, 16:26:13 pm »
J'aime bien les choses nettes et précises surtout lorsqu'il est question de mon humilité, qui n'a pas la réputation d'être sympathique.

J'ai donc fait parvenir ce courriel à la direction du conservatoire de Paris, on verra bien !

Bonjour du Québec.

Vous offrez un cours pour devenir ingénieur du son. Ce diplôme est-il recevable auprès de L'association Ingénieurs et scientifiques de France (IESF) ?  En d'autres termes, les personnes que vous formez peuvent-ils prétendre légitimement au titre d'ingénieur.

Richard Dufour

Au Québec on a peur de rien, j'ai envoyé ce message à la direction de la République du Son pour prendre contact avec Alban Sautour lui même.
Bonjour,

Serait-il possible de me mettre en contact avec Alban Sautour.
J'aimerais beaucoup discuter avec ce gentleman sur le métier de preneur de son.

Merci de l'attention porté à mon message

Richard Dufour
Du Québec

J'ai l'intention de prendre contact avec le pendant de l'ordre des ingénieurs du Québec en France, L'association Ingénieurs et scientifiques de France (IESF).

OK on va aller au fond des choses !  En passant n'étant pas familier avec les us et coutumes française, y a t'il d'autres corporations, ordre ou regroupements officiels d'ingénieurs en France ?

Maintenant je vous assure de toute mon honnêteté intellectuelle, si les ordres d'ingénieurs de nos pays respectifs déclarent valide le statu d'ingénieur de son, je m'y soumettrai.

R3
« Modifié: octobre 01, 2017, 16:27:49 pm par RicharD333 »
«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» Arthur Schopenhauer