Auteur Sujet: mise au point d'un système en tri-amplification active  (Lu 1199 fois)

luiscrepy

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1202
    • mon installation hifi
    • E-mail
mise au point d'un système en tri-amplification active
« le: janvier 15, 2019, 11:38:06 am »
Je viens de terminer les réglages de mon système qui a été réinstallé à la suite de travaux de carrelage dans la pièce dédiée. Les résultats aux mesures sont cohérents et l’écoute m’a semblé de haut niveau bien que la courbe cible définitive ne soit pas encore arrêtée.
Je décris ici ma procédure. Ma démarche est de laisser une trace écrite de ma méthode, je n’ai pas la prétention de présenter un tutoriel à l’attention des audiophiles utilisant le même type de matériel que moi. En effet, mes choix ne font pas l’unanimité à toutes les étapes mais chacun pourra assaisonner cette procédure à sa sauce s’il le désire.

     1)   Local :
Local en sous-sol de 35 m² environ, 4,60 m de large par 7,50 m de long et 2,20 m de hauteur sous plafond. Une cage d’escalier s’ajoute à ce volume, fermée par une porte à l’étage supérieur. Un placard de 3,60 de large et 60 cm de profondeur fermé par des portes coulissantes habille jusqu’au plafond le mur du fond. Trois des 4 murs sont en parpaings de 20 cm isolés par des plaques de Placoplatre + 40 mm de polystyrène expansé. Le quatrième est une cloison formée de sandwich de matériaux divers (cloison alvéolaire, panneaux d’aggloméré, BA13) prenant appui en plusieurs points sur des murs porteurs. La pièce est moyennement amortie (nombreux meubles, 3 canapés, 2 tapis)
Je suis persuadé que la géométrie d’une pièce d’écoute est le point le plus important de toute installation HIFI mais je ferais (à regret), comme 99,99 % des audiophiles, l’impasse sur ce point car la hauteur sous plafond de 2,20 m interdit toute velléité d’aménagement aux formes complexes. De toute façon de tels travaux sont hors budget.

     2)   Matériel :
La source est un lecteur BR avec sortie SPDIF sur RCA, connecté en réseau à la Freebox et raccordé à un disque dur en USB. Le centre de contrôle est le MiniDSP OpenDRC-DA8. Il est raccordé à un ampli DIY à 8 entrées et 16 sorties de 50 W environ sur 8 Ohms. La configuration est en tri amplification active avec 2 voies graves qui sont inspirées de la charge « conséquence » Dynaudio mais avec chacune 2 HP double bobine Monacor SPH390TC en Push Pull, chaque bobine (4 par enceinte) ayant son propre amplificateur. Les 2 voies médium sont confiées à deux paires de HM130GO Audax sur charge close et les voies aiguës à une paire de DT254 Monacor.
Lors des mesures, un ordinateur portable équipé d’une carte son externe USB ESI U24 XL envoie les signaux de mesure en SPDIF vers l’OpenDRC, les enregistre avec un micro de mesure UMIK-1 en USB et pilote l’OpenDRC également en USB.

     3)   Choix du placement des enceintes :
Cette première étape consiste à trouver le placement idéal des enceintes. Des centaines de mesures sont faites à différents sweet points possibles avec les enceintes à tous les endroits possibles et acceptables. Le grave a pu être testé un peu partout et avec le caisson orienté dans tous les sens. Le meilleur compromis adopté est les coins frontaux avec les caissons à l’envers (HP orienté vers le mur frontal) et la tête en bas (HP à ras du sol) Le caisson se retrouve presque collé au mur adjacent et reculé de 20 cm du mur frontal. Le médium du bas est décollé du mur adjacent de 72 cm et de 60 cm du mur arrière. Il se retrouve à 94 cm du sol. L’aigu n’a pas le choix, il est au-dessus au plus près du médium du haut. Avec cette disposition, médium et aigu n’ont pas besoin de grosses corrections d’amplitude pour être linéarisés et le grave pourra l’être avec uniquement des corrections négatives. Dans ces conditions, la plage utilisable du grave monte jusqu’à 200 Hz et celle du médium descend aussi jusqu’à 200 Hz. Il n’y a pas beaucoup de combinaisons de positionnements permettant comme celle-ci un raccordement à 200 Hz. L’aigu DT254 Monacor descend à 1000 Hz de manière linéaire, je le couperai à 2000 Hz car bien que le HM130GO soit capable de monter beaucoup plus haut, entre 2000 et 4000 Hz le dôme 25 mm s’en sort mieux en distorsion à niveau élevé.

     4)   Mesure des hauts parleurs en champ proche :
Des expériences menées récemment m’ont amené à la conclusion que pour évaluer les caractéristiques d’un haut-parleur, une mesure à 10 cm de la membrane pouvait donner une indication de sa courbe de réponse et de sa phase en milieu anéchoïque. Je vais donc mesurer avec REW mes haut-parleurs séparément et conserver leurs courbes que j’exploiterai ultérieurement. En réalité, je mesure le caisson de grave rendu clos pour la mesure en bouchant l’évent, un médium HM130GO seul dans sa charge close individuelle et l’aigu dans sa boite.

     5)   Linéarisation en amplitude des HP :
Les hauts parleurs sont mesurés au point d’écoute voie par voie et corrigés individuellement avec l’égaliseur paramétrique IIR en sortie de chaque voie de l’OpenDRC. Je mesure avec lissage au 1/6 d’octave mais consulte aussi la mesure sans lissage pour ne pas prendre en considération un éventuel creux très important mais très étroit. Je ne corrige pas les petits accidents étroits et privilégie les Q inférieurs à 2. Cependant, si un Q de 4 est nécessaire pour résoudre une zone, j’irai jusqu’à cette valeur.

     6)   Correction de la phase :
Bien que je n’aie pas réellement été en mesure d’entendre clairement la supériorité du système corrigé en phase par rapport au système sans cette correction mais optimisé par ailleurs, je procéderai tout de même à la correction de la phase. Ne serait-ce que pour obtenir des impulsions symétriques, un step ressemblant au step théorique et réussir à aligner temporellement les hauts parleurs avec l’addition des niveaux respectés aux fréquences de coupure.
J’importe donc la mesure à 10 cm de la phase de chaque haut-parleur dans Rephase (sans aucun fenêtrage) et la corrige avec 2048 taps pour le grave et le médium et avec 798 taps pour l’aigu. J’ajoute à ces corrections un filtre passe bas LR96 à 200 Hz pour le grave, un passe-haut LR96/200 et un passe-bas LR96/2000 pour le médium et un passe-haut LR96/2000 pour l’aigu. Tous en phase linéaire.

     7)   Contrôle au point d’écoute :
Après avoir importé dans l’OpenDRC les filtres FIR, une mesure individuelle au point d’écoute de tous les hauts parleurs linéarisés, filtrés et corrigés en phase est faite. Sans fenêtrage, les amplitudes sont superposables aux mesures précédentes, excepté les zones éliminées par les filtres à phase linéaire.
Avant tout, il faut vérifier que le 0 ms est bien sur le maximum du 1er pic qui doit être positif (je ne tiens pas compte des petites sur-oscillations avant et après ce pic et qui doivent être identiques si la phase est corrigée. C’est bien le cas sauf dans le grave ou une sur-oscillation est plus prononcée que l’autre autour du pic, signe que la correction de phase n’est pas top.
Je fenêtre chaque mesure à droite à 1 ou 2 ms. J’obtiens une courbe de phase s’enroulant autour du 0° sur la zone d’amplitude significative des hauts parleurs sauf pour le grave où la phase remonte en-dessous de 40 Hz et où une bosse culminant à 60° apparaît. La remontée sous 40 Hz est due au fait que j’ai corrigé la charge close et que la charge réelle avec évent provoque cette remontée. C’est la bosse vers 100 Hz qui est responsable de l’impulsion dissymétrique. Je vais donc retoucher le filtre FIR du grave et conserver les autres tel quel.
J’ouvre le fichier Rephase de correction du grave et, sur un deuxième bank, je crée un creux de 60° symétrique à la bosse mesurée dans REW et en profite pour tenter de diminuer la remontée de phase sous 40 Hz. Je ne pourrai pas corriger totalement, sinon le manque de taps provoque un résultat erratique.
J’intègre le nouveau FIR pour le grave dans l’OpenDRC et constate sur la nouvelle mesure que la phase est à présent proche du 0° et l’impulsion symétrique.

      8   Alignement temporel :
Tous les hauts parleurs mesurés individuellement sont à présent au maximum de leurs possibilités, mais il va falloir qu’ils synchronisent leur émission afin de reconstituer la musique correctement.
Je coupe le médium et mesure aigu + grave. J’identifie facilement l’impulsion de l’aigu et le step du grave (l’impulsion est invisible car à un niveau très faible). La distance entre les deux correspond au retard à appliquer au tweeter. Je coupe le grave et mesure aigu + médium. Toujours à l’aide des impulsions et des steps de l’un et l’autre, j’évalue le retard à appliquer à l’un sur l’autre. Une mesure des trois ensembles doit produire une impulsion et un step conformes à ce qui est attendu en filtrage FIR avec de surcroît, des transitions parfaites à 200 Hz et à 2000 Hz sur la courbe d’amplitude.
Comme l’amplitude de chaque haut-parleur a été égalisée en intégrant une ébauche de pente pour la future courbe cible, après diminution de 4 dB du niveau de grave, la courbe d’amplitude globale présente une allure descendante de 1,4 dB/ octave environ.
Un fenêtrage à droite de 1 ou 2 ms sur la courbe globale doit tracer une phase s’enroulant autour de 0 °
C’est le cas avec des écarts de 40° au maximum.
Il serait possible de fignoler la phase, mais comme il suffit de déplacer un canapé de 20 cm pour constater une modification, je garde cette correction qui correspond à quelque chose de réel.

     9)   Ecoute :
Après l’écoute de plusieurs morceaux, l’équilibre semble parfait pour certains d’entre eux, mais d’autres montrent une certaine agressivité (History de Mickael Jackson). Cette agressivité est peut-être une conséquence du gain subjectif en dynamique et en définition. Il me faudra plusieurs heures d’écoute avant de cerner la personnalité du nouveau système. La baisse de l’absorption de la pièce y est peut-être aussi pour quelque chose. J’ai donc mis en mémoire une courbe avec 2 dB de plus de grave et une autre avec 2 dB de moins. Mais il faudra peut-être aussi tester un niveau d’aigu plus faible, une pente de l’aigu plus prononcée ou encore une pente plus inclinée sur le médium afin de maîtriser cette agressivité.

   10)   Evolution.
Je vais commencer par régler le rendu sonore à l’oreille en fignolant la courbe cible.
Ensuite, il faudra procéder à une correction acoustique consistant à supprimer toutes les réflexions des tweeters sur les murs, sols et plafond car elles sont d’amplitude bien plus importante que celles que j’avais auparavant. Par exemple, il se forme sur mes nouveaux canapés en cuir des réflexions spéculaires dans l’aigu qui étaient bien moindres sur les canapés tissu. Lorsque elles auront disparu, celles du médium seront normalement réduites, et si elles ne le sont pas suffisamment, il faudra remplacer les panneaux absorbants par d’autres plus efficaces à des fréquences plus basses. 


« Modifié: janvier 18, 2019, 23:26:17 pm par luiscrepy »

luiscrepy

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1202
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #1 le: janvier 18, 2019, 23:20:59 pm »
En octobre dernier, juste avant de commencer les travaux de carrelage, je venais d'abandonner le filtrage IIR entre voies au bénéfice d'un filtrage à phase linéaire intégré à la correction de phase et les premiers essais m'ont semblé extraordinaires de réalisme et de précision à l'écoute. Je n'ai pas la sensation de retrouver ce niveau de qualité et malgré de nombreux essais de courbes cible différentes, Je suis frustré.
J'ai donc tout repris à partir de l'étape 5 en linéarisant chaque voie non plus en lui intégrant une pente descendante dès l'égalisation, mais au contraire en cherchant à former une droite parfaitement horizontale.
En ce qui concerne l'aigu, j'ai corrigé les petits creux et bosses mais pas la chute progressive de l'aigu à partir de 5000 Hz surtout liée à la distance de mesure. Cela se traduit par un 10000 Hz à 4 dB sous le 5000 Hz et le 20000 Hz à 11 dB sous le 5000 Hz. D'après mes estimations déduites des différentes mesures faites à différentes distances de proximité, le tweeter accuserait une chute réelle de 5 dB entre 14000 Hz et 20000 Hz, tout en étant plutôt linéaire entre 1000 et 14000 Hz. Ma courbe cible n'aura donc aucune action au-delà de 5000 Hz, la chute mesurée au-delà de 5000 Hz sera la conséquence du comportement naturel du tweeter mesuré au point d'écoute dans ma pièce.
A l'étape 6 de correction de phase, j'ai cherché à obtenir sur chaque haut-parleur restituant chacun exactement 1/3 de la bande 20-20000 Hz, une ligne parfaitement droite sur le 0 ° lorsque une fenêtre d'une largeur d'une octave est appliquée à la fonction "add frequency dependant window". Sur le grave, il y a une remontée en pointe de ski jusqu'à 80° de 80 Hz à 20 Hz. Par contre, en fenêtrant à droite à 2 ms, cette phase est presque droite à 0° de 20 à 200 Hz.
A la fin de l'étape 8, au lieu de la courbe cible anticipée que j'avais précédemment, j'ai maintenant une ligne droite horizontale de 20 à 5000 Hz (+/- 2 dB lissée au 1/6 d'octave) et au-dessus la chute dans l'aigu évoquée précédemment.

Du coup, j'ai ajouté une étape qui va se situer juste après l'étape 8 et qui va consister à intégrer un réglage hyper simple de courbe cible.
Cela consiste à utiliser les corrections paramétriques en entrée du MiniDSP et qui agissent sur toutes les sorties en même temps. En EQ1, je place un High Shelving à 40 Hz, d'une valeur de -1 dB et de Q=0,5. en Q2, je place un HS à 160 Hz de paramètres identiques, en EQ3 un HS à 640 Hz et à 1250 Hz pour Q4. Cela trace une correction qui est une ligne droite de 20 à 5000 Hz descendant de 0 à -4 dB, puis horizontale jusqu'à 20000 Hz pour ne pas toucher à l'aigu. Je place cette correction en mémoire M2 du MiniDSP, la mémoire M1 étant réservée à la version sans courbe cible et les mémoires M3 et M4 recevant respectivement des incrémentations de 2 dB et de 3 dB.

Je suis passé à l'écoute et j'ai enfin retrouvé ce que j'avais en Octobre dernier.
Un vrai bonheur.
Curieusement, plusieurs morceaux passaient à merveille sans courbe cible ajoutée. D'autres passaient mieux avec M2 qui supprimait une bonne partie des sifflantes sur les voix. M3 les élimine totalement, mais la musique devient fade et perd la richesse des timbres des instruments. Metallica passe mieux en M2 car perd son agressivité, mais quelques subtilités disparaissent aussi. La guitare acoustique de Lavilliers est truffée des sifflements des glissements de doigts sur les cordes en M1, mais c'est tellement plus riche qu'en M2 ! Supertramp a retrouvé en M1 une dynamique et une sonorité de percussions que je n'avais jamais entendu auparavant.
En conclusion provisoire, je dirais que j'ai l'impression que dans mon local, une réponse linéaire jusqu'à 5 kHz au point d'écoute procure la dynamique et la pêche que certains morceaux méritent et va chercher tous les micro-détails présents sur le disque. Il n'est pas impossible que les morceaux s’accommodant mieux d'une légère pente soient ceux qui ont des petits défauts que le rabotage de médium-aigu estompent (micro d'enregistrement, codage MP3....). Je vais mettre des valeurs de High Shelving de 0,4 - 0,8 - 1,2 dB dans les mémoires 2,3 et 4 du MiniDSP pour essayer de trouver la valeur optimum.

J'ai également procédé à un traitement acoustique basique en plus du traitement des réflexions directes au plafond qui avait déjà été effectué l'année dernière. Cela a été fait avant de reprendre les étapes décrites ci-dessus. Le résultat est immédiat. Deux plaques de mousse alvéolaire sur les portes d'une armoire placée à l'avant gauche de la zone d'écoute et un pic de 30 % à 7 ms a totalement disparu. Deux autres plaques sur le mur de droite et une réflexion directe + une réflexion double mur/plafond disparaît. Enfin un tapis à mèches longues posé sur mon tapis à poils ras et deux pics à 0,9 et 1,4 ms disparaissent également. Il me reste une reflexion à 2,6 ms à identifier (certainement une combinaison HP droit réfléchi sur le mur latéral gauche puis sur le plafond) Il est à noter que le tapis au sol diminue le niveau général de 1 dB entre 200 Hz et 10000 Hz pouvant atteindre 2 dB sur plusieurs larges zones (300-600, 1000-1800, 2200-4400 Hz)
« Modifié: janvier 18, 2019, 23:33:24 pm par luiscrepy »

xnwrx

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2600
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #2 le: janvier 19, 2019, 08:39:26 am »
Bonjour Luis, vous allez y arriver à l'enceinte plate en Anéchoïque et libre de s'exprimer dans la pièce  ;)

Chez moi ça donne ceci :
En violet la courbe mesurée au point d'écoute sans fenêtrage, lissée au 1/3 oct
En vert 8 mesures au point d'écoute, alignées, puis vector-average puis fenêtrée à 3 ms et à 15 cycles (ce qui se rapproche d'une mesure semi-anéchoïque). Dans les faits, le tweeter mesuré à 20cm et fenêtré me donne une belle droite ; mon enceinte est donc bien droite en anéchoïque.



Tweeter seul à 20cm :
« Modifié: janvier 19, 2019, 18:48:57 pm par xnwrx »

luiscrepy

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1202
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #3 le: janvier 19, 2019, 11:43:57 am »
Bonjour Xavier.
Effectivement, cela commence à y ressembler.
Toutefois, à l'heure actuelle, je continue à corriger l'amplitude au point d'écoute. J'y constate personnellement un gain à l'écoute.
Par contre, l'année dernière j'avais fait 9 mesures et la moyenne (pas la vector average) était trop proche de la mesure centrale pour justifier le travail supplémentaire.
Pour être bien sûr de ne pas faire fausse route, vous me confirmez que la vector average tient compte de la phase dans l'addition des dB ? Je pose la question, mais je pense l'avoir vérifié de la manière suivante : en mesurant G + D, j'obtiens une courbe environ 5 dB au-dessus de G ou de D (6 dB dans le grave). Si je fais la vector average de G et D, j'obtiens une courbe environ 1 dB en-dessous de G ou D après 100 Hz. Cela signifierait que l'écart de phase entre la G et la D rapporté au micro de mesure provoque une perte de 1 dB ? (les distances de mesure G et D sont réglées au mm)
ci-dessous
Les courbes de réponse de mon système au 1/3 d'octave
amplitude et phase de la voie gauche fenêtrées 3 ms et 15 cycles
Le tweeter mesuré à 10 cm et à 1 m
la voie gauche avant et après égalisation.
« Modifié: janvier 19, 2019, 11:47:05 am par luiscrepy »

xnwrx

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2600
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #4 le: janvier 19, 2019, 17:49:12 pm »
Oui Luis, le vector average tient compte de la phase dans le calcul du module. C'est ce qui fait que le trajet direct est celui qui ressort de cette moyenne.
Lorsque vous regardez nos courbes au point d'écoute sans fenêtrage, elles sont très proches dans la forme : plate avant 4 kHz, puis chute de -15dB à 20 kHz.

Etmo

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 677
    • E-mail
Re : Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #5 le: mai 12, 2019, 17:41:31 pm »
Oui Luis, le vector average tient compte de la phase dans le calcul du module. C'est ce qui fait que le trajet direct est celui qui ressort de cette moyenne.
Lorsque vous regardez nos courbes au point d'écoute sans fenêtrage, elles sont très proches dans la forme : plate avant 4 kHz, puis chute de -15dB à 20 kHz.

Effectivement la phase est prise en comte. Maintenant il faut noter en plus qu'elle rejette inévitablement le champ diffus. Cette moyenne est donc inexploitable pour la correction d'amplitude.
Par contre, c'est la seul qui permet de corriger correctement la phase dans la zone d'écoute.


xnwrx

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2600
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #6 le: mai 12, 2019, 18:09:53 pm »
Je ne suis pas en phase Etmo :lol:
Il existe autant de phases que de points d'écoutes alors que l'amplitude est relativement stable d'un point d'écoute à un autre. Mais bon ça fait longtemps que je n'ai plus fait de mesures au point d'écoute, je peux me tromper.

luiscrepy

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1202
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #7 le: mai 12, 2019, 18:24:41 pm »
Je ne suis pas en phase Etmo :lol:
Il existe autant de phases que de points d'écoutes alors que l'amplitude est relativement stable d'un point d'écoute à un autre. Mais bon ça fait longtemps que je n'ai plus fait de mesures au point d'écoute, je peux me tromper.
Pourtant, la mesure de la phase gauche et de la phase droite avec la même correction au point d'écoute sont très proches, ce qui n'est pas le cas pour la mesure de l'amplitude. Peut-être à cause du fait que la phase est forcément fenêtrée pour pouvoir être mesurée au point d'écoute, ce qui entraîne un lissage plus important que le 1/6 ou 1/3 d'octave pour examiner l'amplitude ?

xnwrx

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2600
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #8 le: mai 12, 2019, 18:50:48 pm »
Facile à vérifier : que donne la phase fenêtrée sur une mesure faite dans une zone éloignée de la zone du point d'écoute ?

luiscrepy

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 1202
    • mon installation hifi
    • E-mail
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #9 le: mai 12, 2019, 20:14:21 pm »
J'ai vérifié les phases de mes 18 mesures du canal gauche et les 18 phases à droite.
Ce que j'ai dit est faux pour un système non corrigé en amplitude.

si je corrige l'amplitude à gauche et l'amplitude à droite, j'obtiens deux courbes d'amplitude quasi identiques à gauche et à droite. C'est la moindre des choses si le travail a été bien fait.
Si ensuite je corrige la phase à gauche pour obtenir une courbe de phase droite, la même correction (la même convolution) appliquée à droite donnera une courbe de phase quasi identique.
Mais si je corrige la phase de la voie gauche et que j'applique la convolution à la voie droite sans avoir au préalable rendu par égalisation les deux amplitudes G et D identiques, les deux phases seront différentes (au moins autant que les amplitudes même si cela ne veut pas dire grand chose, les unités n'étant pas comparables)


xnwrx

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2600
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #10 le: mai 12, 2019, 20:39:56 pm »
OK Luis, et c'est normal puisque vous avez des corrections d'amplitude à droite et à gauche différentes et que vous corrigez en IIR.

Ce que je voulais dire, c'est de mesurer votre voir droite corrigée au point d'écoute, puis de la mesurer à 2 ou 3m du point d'écoute. Quelles sont alors les différences en amplitude, en phase, en phase fenêtrée à quelques cycles ?
Je parie que les phases seront très différentes en non fenêtré, et quasi identiques en fenêtré à quelques cycles, montrant que le fenêtrage à quelques cycles est trop violent pour faire ressortir quelque information que ce soit.
On peut faire le même essai en mesurant au même point de mesure la phase d'une voie corrigée en phase et non corrigée en phase. Je parie que les deux phases fenêtrées à quelques cycles se ressembleront.

Etmo

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 677
    • E-mail
Re : Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #11 le: mai 12, 2019, 21:12:24 pm »
Je ne suis pas en phase Etmo :lol:
Il existe autant de phases que de points d'écoutes alors que l'amplitude est relativement stable d'un point d'écoute à un autre. Mais bon ça fait longtemps que je n'ai plus fait de mesures au point d'écoute, je peux me tromper.
:mrgreen: Très drôle.

Revenons aux choses sérieuses et solidement expérimentés.

Fenêtré ce n'est pas tout a fait vrais la phase et devrait être proche au délai global près. Si il y a des différences c'est plutôt mauvais signe :
- cela arrive avec des voies qui ne sont pas alignés sur un axe vertical ou présente une directivité prononcé (Généralement les écarts de phase s'accompagne d'écart d'amplitude). Par retour d'expérience c'est pas terrible pour la réponse impulsionnelle (SPL et phase variable suivant la position de l'auditeur).
- sinon le problème vient de réflexions indésirables qui auront un effet localisé donc et que l'on cherche justement a éliminer avec un échantillonnage plus large et un moyenne vectorielle et fenêtré.

Quand à l'amplitude c'est encore moins vrai dans un milieu réverbérant au premières réflexions non traité. Si vous pensez le contraire commencez par faire un échantillonnage de votre zone d'écoute.

Je n'ai rien inventé, ce que je viens d'expliquer correspond d'ailleurs au mode fonctionnement de DIRAC live. Si vous faite une mesure de contrôle avec REW sur ce type de système vous constatez que la moyenne du niveau SPL suit exactement la courbe cible et sur ces mêmes mesures la moyenne vectorielle donne un phase plate avec une réponse impulsionnelle proche de la cible DIRAC.

Dirac n'est pas vraiment mystérieux à percer, il est basé sur des principes plutôt simples mais efficaces. Les comprendre permet au moins de connaitre les limites de la correction que luiscrepy et moi je pense nous avons bien compris. Un simple tapis très épais une simple décoration murale bien placé peux faire un parfait complément à la correction pour éviter un trou localisé.

Sinon je n'étudierait pas précisément le traitement acoustique passif.

Bonne écoute dans votre pièce un peu zen "Vide". :A



« Modifié: mai 12, 2019, 21:13:56 pm par Etmo »

Etmo

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 677
    • E-mail
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #12 le: mai 12, 2019, 21:25:51 pm »
Maintenant comme Dominique vous pouvez pinailler sur la pente de la courbe.  :A Un écart de 10db sur votre niveaux d'écoute change complètement l'équilibre tonal au niveau de l'écoute :ptdr:

J'ai deux réglages : une cible niveau faible et  une niveau fort.

Même chose pour les enregistrements vous avez bien 6db  à 10db d'écart pour une même oeuvre.

Ne cherchez pas le réglage absolu, le monde du disque n'a pas de norme contrairement à l'industrie du Cinéma.

Profitez de la musique avec un maximum de réalisme et beaucoup de plaisir. ;)
« Modifié: mai 12, 2019, 21:50:39 pm par Etmo »

daftcombo

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 818
    • E-mail
Re : Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #13 le: mai 13, 2019, 12:53:46 pm »
Maintenant comme Dominique vous pouvez pinailler sur la pente de la courbe.  :A Un écart de 10db sur votre niveaux d'écoute change complètement l'équilibre tonal au niveau de l'écoute :ptdr:

Bonjour

Le bouleversement de l'équilibre tonal en cas de changement de niveau d'écoute, c'est quelque chose de mesurable ? (la réponse du HP change ? la réponse au point d'écoute change ?) ou psychoacoustique ?

Cordialement,

Thomas

Etmo

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 677
    • E-mail
Re : mise au point d'un système en tri-amplification active
« Réponse #14 le: mai 13, 2019, 13:41:13 pm »
Bonjour Thomas pour information :

https://sites.google.com/site/francisaudio69/1-prologue/1-2-le-mythe-de-la-haute-fidelite

Le loudness n'est pas une truc idiot quand on sait à quoi il doit servir et qu'il est bien pensé.

https://en.wikipedia.org/wiki/Loudness

Cordialement

En résumé ne faites jamais confiance aux oreilles pour régler mais uniquement pour apprécier si cela fonctionne et encore c'est un exercice plutôt casse gueule.
« Modifié: mai 13, 2019, 14:25:24 pm par Etmo »